Édito de la semaine


Voici l’Agneau de Dieu.Jean 1, 36

Un agneau ! Lui, Jean, vêtu de poil de chameau, posant son regard sur Jésus qui allait et venait, dit à deux de ses disciples : « Voici l’agneau de Dieu. » Quel drôle de nom ! L’agneau est un bébé animal, vulnérable. Il a besoin des autres membres du troupeau pour vivre. Il est doux et se laisse facilement conduire par les justes chemins. Il est obligé de faire confiance. L’agneau est aussi le plat du repas pascal. On le mange en mémoire de la Pâque, de la libération de l’esclavage. Le sang de l’agneau fait échapper à la mort. Il ouvre à la vie. La laine de l’agneau est aussi utilisée pour tisser le pallium, cet ornement liturgique porté par le pape et les archevêques. Blanc avec des croix noires, il symbolise le lien entre les pasteurs chargés de conduire l’Église sous la houlette du successeur de Pierre. L’agneau de Dieu : doux, libérateur, pasteur. Suivons-le. JE DÉCOUVRE

admin

admin

Comments are closed.