Édito de la semaine


Il y a là un jeune garçon qui a cinq pains d’orge et deux poissons. Jean 6, 9

Désespérance devant cette foule si nombreuse qui a besoin d’être nourrie. Aucun espoir de pouvoir y répondre car il n’a pas de nourriture et pas d’argent. Une réaction bien humaine qui peut nous interpeller devant nos désespérances. André ouvre une brèche en interpellant Jésus : il y a bien ce garçon qui a « cinq pains d’orge et deux poissons ». Pas grand-chose, certes, mais quelque chose néanmoins. À partir de ce petit rien, Jésus nous invite à faire confiance, à être créatifs et à changer notre regard. Tout compte fait, il y a bien « cinq pains d’orge et deux poissons ». La foule, elle, ne doute pas. Elle est là, bien décidée à écouter Jésus, elle s’assoit tranquillement sans savoir ce qu’il adviendra. Elle s’assoit sur de la bonne herbe fraîche qui hume bon. Elle attend en toute confiance. Et elle est nourrie à satiété. À nous de faire confiance pour être nourris à satiété : aucun doute ! Nous donner à voir sa gloire mais aussi ne rien en tirer et se retirer dans le silence. JE DÉCOUVRE

admin

admin

Comments are closed.