Vers le Dimanche 11 avril 2021

Dimanche de la divine miséricorde

Lundi 5 AvrilMardi 6 AvrilMercredi 7 AvrilJeudi 8 AvrilVendredi 9 AvrilSamedi 10 AvrilDimanche 11 Avril

D’un dimanche à l’autre

Jésus n’est pas une comète qui passe à heure fixe, mais l’évangéliste est précis : les deux « scènes » de ce texte se passent un dimanche. Alors que le peuple d’Israël tenait tant au sabbat, les chrétiens se rassemblent le dimanche, un jour nouveau pour une vie nouvelle. Quelle place est-ce que je donne au Seigneur dans le rythme de ma semaine ? Comment est-ce que je célèbre le « jour de la résurrection » ? Seigneur, toi qui « rends leurs poids aux jours, aux semaines », accompagne-moi, semaine après semaine !

La Paix avec vous?

Quelle paix Jésus vient-il offrir aux disciples enfermés par la peur ? La paix avec leurs adversaires, ceux-là mêmes qui ont crucifié Jésus ? La paix entre eux, alors que trahisons, reniements et abandons ont défiguré le groupe des Douze pendant la Passion ? La paix de leur coeur alors qu’ils ont perdu leur maître ? Il faudra encore du temps pour que la paix se déploie dans toutes ses dimensions? Seigneur, aide-moi à commencer à vivre ta paix partout là où c’est possible?

Je vous envoie?

Les disciples n’ont encore rien compris, Thomas n’a pas encore eu le temps d’être incrédule et pourtant Jésus déjà met sa confiance en eux : « de même que le père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie. » Nous ne sortirons pas de nos doutes ou de nos difficultés seulement en les résolvant, mais en acceptant la mission du Seigneur, en nous décentrant de nous-même. Seigneur, donne-nous la force de ce décentrement et soutiens ceux pour qui cela paraît impossible.

Souffle?

Jésus souffle, il souffle sur ses disciples comme le créateur a soufflé sur Adam pour lui donner vie (Gn 2, 7), il souffle comme le libérateur a soufflé sur la mer pour la fendre en deux et ouvrir un passage aux Hébreux (Ex 15, 8), il souffle comme Tobie le guérisseur souffle sur les yeux des malades (Tb 6, 9)? Seigneur, à moi qui manque si souvent de souffle, donne ton énergie, envoie ton esprit créateur, libérateur et guérisseur.

Le pardon des péchés

Dieu peut pardonner les péchés sans l’aide des disciples? alors pourquoi leur confier cette tâche ? Lorsque nous recevons le pardon de la part de l’Église, nous entendons une parole, nous sortons de l’incertitude, nous pouvons dire au passé « Dieu m’a pardonné » pour vivre le futur? c’est la force du pardon reçu. Et en tant qu’Église, cette responsabilité nous oblige à écouter, à faire attention à chacun? c’est la force du pardon donné. Seigneur, donne-moi d’accueillir cette mission, recevant et proposant le pardon de Dieu.

Est-ce que j’y crois ? 

Dans l’Église, on proclame joyeusement la résurrection du Christ, on se réfugie en elle quand tout s’effondre ou que la mort s’approche? mais cela reste difficile à croire,  n’y a-t-il pas un « Thomas » en moi ? Alors aurai-je la force de faire comme Thomas : dire mon doute aux autres, le confier au Seigneur pour qu’il puisse me répondre, pour pouvoir un jour dire avec Thomas « mon Seigneur et mon Dieu » ?

Avoir la vie en son nom

« Pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom. » Cette première conclusion de l’évangile de Jean (ensuite complétée par la rencontre sur les rives du lac) redit l’enjeu de l’évangile : nous ancrer dans la foi. Mais cette foi n’est pas quelque chose de figé ou d’acquis une fois pour toutes. La foi doit nous permettre d’« avoir la vie en son nom », c’est-à-dire de vivre à fond, pleinement et avec lui, en fonction de lui. En ces jours de Résurrection, retrouvons cette force vive, débarrassons-nous de ce qui se greffe si souvent à la foi et nous empêche de vivre : prétentions, raideurs, distances… Oui, Seigneur, viens réveiller, vivifier, ressusciter nos communautés et nos coeurs.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Chapitre 20, versets 19 à 31

C’était après la mort de Jésus. Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! » Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. » Or, l’un des Douze, Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu. Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! » Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! » Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. » Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. » Il y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas écrits dans ce livre. Mais ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom. AELF