Vers le Dimanche 18 juillet 2021

16ème dimanche du temps ordinaire

Lundi 12 JuilletMardi 13 JuilletMercredi 14 JuilletJeudi 15 JuilletVendredi 16 JuilletSamedi 17 JuilletDimanche 18 Juillet

Retour de mission

Les apôtres sont de retour de leur première mission. Ils étaient partis, envoyés par Jésus, deux par deux, avec autorité sur les esprits impurs, pour proclamer qu’il fallait se convertir, pour expulser les démons et guérir les malades. J’imagine le soin avec lequel ils se sont acquittés de leur tâche. Jésus m’envoie, moi aussi, en mission et je n’y suis probablement pas seul(e). C’est l’occasion de regarder la place que je prends, comment je soutiens et comment je m’appuie sur celui ou ceux qui sont envoyés avec moi. Et de demander au Seigneur la grâce d’être ajusté(e).

Auprès de Jésus

Jésus avait prescrit à ses apôtres de se délester de tout, de ne garder qu’un bâton pour la route, et de vivre de l’hospitalité. Je regarde ces hommes, les visages couverts de poussière, fourbus d’avoir tant marché, remplis de tout ce qui a été vécu et impatients d’en rendre compte. Jésus est là, qui les attend. Ils s’approchent de lui. Jésus est là, maintenant, pour moi aussi. Il m’attend. Qu’ai-je envie de lui partager de ma mission ? Comment me suis-je laissé(e) accueillir ? Quelles furent les joies, les lassitudes ? Je lui demande la grâce de renouveler mon élan pour agir.

Se mettre à l’écart

Il y a beaucoup d’allées et venues autour de Jésus et des apôtres, et ceux-ci sont fatigués. Jésus les invite à se mettre à l’écart pour se reposer. Lui-même, après avoir été assailli par les foules, en attente de sa présence et de guérisons, aime se retirer discrètement pour… prier (Mt 14, 23 ; Lc 5, 16). Je fais mémoire d’un moment où je me suis mis(e) en retrait, loin du tourbillon quotidien. Je me rappelle le goût du silence, la disponibilité pour la prière et je rends grâce pour la paix reçue.

Chercher Dieu

Jésus et les apôtres prennent des barques et partent pour un endroit désert, à l’écart des hommes et des femmes qui se pressent autour d’eux. Ceux-ci comprennent vite qu’ils s’éloignent. Il n’est pas question pour eux de se retrouver seuls, abandonnés par cet homme, dont ils pressentent qu’il a tant à leur donner. Dont ils veulent tant recevoir. J’imagine leur affolement et leur course éperdue pour le rejoindre. Je pense à la foule de ceux qui cherchent Dieu, aujourd’hui encore. Je les confie au Seigneur et lui demande de se révéler à eux, comme il l’a fait pour moi.

Le regard de Jésus

Jésus débarque sur la rive et voit la foule qui se presse vers lui. Il est saisi de compassion, c’est-à-dire remué jusqu’aux entrailles. Cet élan du coeur de Jésus est évoqué à maintes fois dans les évangiles (Mt 20, 34 ; Mc 1, 41 ; Lc 7, 13). Il témoigne de la tendresse et de la miséricorde infinies de Dieu pour chacun. À mon tour, je me mets sous le regard pénétrant de Jésus. Quelles douleurs, quels tourments ai-je envie de lui confier ? Je lui demande de venir éclairer mes ténèbres et d’y ouvrir un chemin de réconciliation et de vie.

À l’écoute de Jésus

Jésus fait face à la foule. J’imagine ces gens, venus de partout, interrogatifs, avides, en attente. Comme des brebis sans berger, nous dit-il. Il se met à les enseigner. Parlant en homme qui a autorité (Mt 7, 29), avec des paroles qui interpellent, qui agissent et remuent la profondeur de l’homme. Ces paroles invitent à se lever pour marcher vers la plénitude de la vie. Ai-je reçu une parole fondatrice pour ma foi ? Comment s’est-elle inscrite dans mon coeur ? J’en fais mémoire et demande au Seigneur qu’elle soit ma consolation dans toutes les épreuves de la vie.

Marcher en confiance avec Jésus

« Le Seigneur est mon berger, je ne manque de rien. » (Ps 22). Vivre en chrétien, ne serait-ce pas simplement marcher en confiance avec Jésus ? Reconnaître son pas, écouter sa voix, comme la brebis le fait de son berger. Vivre de sa Parole, lui qui nous enseigne ses voies, nous fait connaître sa route et nous dirige par sa vérité, car Il est « le chemin, la vérité et la vie » (Jn 14, 6). Il nous invite sans cesse à nous laisser interpeller par sa Parole, à ouvrir plus largement notre coeur. Prenons le temps de regarder, dans notre vie personnelle, familiale, professionnelle, dans nos engagements associatifs et en Église, là où le Seigneur nous envoie et comment nous prenons appui sur lui. Demandons-lui de grandir dans la confiance.                                                                                                                  

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Chapitre 6, versets 30 à 34

En ce temps-là, après leur première mission, les Apôtres se réunirent auprès de Jésus, et lui annoncèrent tout ce qu’ils avaient fait et enseigné. Il leur dit : « Venez à l’écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu. » De fait, ceux qui arrivaient et ceux qui partaient étaient nombreux, et l’on n’avait même pas le temps de manger. Alors, ils partirent en barque pour un endroit désert, à l’écart. Les gens les virent s’éloigner, et beaucoup comprirent leur intention. Alors, à pied, de toutes les villes, ils coururent là-bas et arrivèrent avant eux. En débarquant, Jésus vit une grande foule. Il fut saisi de compassion envers eux, parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger. Alors, il se mit à les enseigner longuement. AELF