Vers le Dimanche 5 juillet 2020

14ème dimanche du temps ordinaire

Lundi 29 JuinMardi 30 JuinMercredi 1 JuilletJeudi 2 JuilletVendredi 3 JuilletSamedi 4 JuilletDimanche 5 Juillet

Le Père

En ce début de l’été, quoi de mieux que d’entendre ces paroles réconfortantes de Jésus qui nous partage l’intime de sa prière. Prenons le temps de les recevoir au plus profond de nous-mêmes. Jésus s’adresse à son Père pour le bénir et chanter sa louange. Nous aussi, mettons-nous en présence de notre Père du ciel et de la terre avec les saints Pierre et Paul, piliers de l’Église, que nous fêtons aujourd’hui. Avec eux, bénissons-le et chantons sa louange. Sa bienveillance est pour tous. Père, je te bénis car tu es mon Père, tu me donnes la vie chaque jour ainsi que ton amour.

Le Fils 

Mettons-nous aujourd’hui en présence du Fils qui nous conduit vers son Père et qui nous dit quel lien l’unit à lui. Comme il est étonnant d’entendre Jésus nous livrer ainsi son identité de Fils à travers seulement une ou deux phrases. Laissons-nous saisir par ce mystère de communion qui nous touche au coeur. Seul le Père connaît le Fils, seul le Fils connaît le Père. Aucun des deux ne garde quoi que ce soit pour lui-même. Entre eux, tout est partagé et communiqué. Seigneur Jésus, je te bénis, tu nous conduis vers ton Père qui est aussi le nôtre.

Caché/révélé

Ce mystère est caché aux sages et aux savants, car ce n’est pas la position sociale qui donne accès à Dieu. Par contre, il est révélé aux tout-petits car ils ont le coeur ouvert. Révélé, ce mystère reste cependant bien caché, voilé en quelque sorte ! Aujourd’hui où tant d’êtres humains ignorent que Dieu existe ou ne veulent pas entendre parler de lui car ils se font de bien fausses images de lui ! Esprit Saint, inonde-moi de ta lumière pour que je perçoive autour de moi quelque reflet trinitaire. Donne-moi un coeur assez humble pour accueillir ton mystère.

Vous tous

Le regard de Jésus est large. Il ne s’adresse pas seulement à ses disciples mais à tous ceux et celles qui portent le poids de la vie avec ses hauts et ses bas. Personne n’est exclu de l’appel à venir vers lui : « Venez, vous tous ». Cela fait écho à une contemplation des Exercices spirituels de saint Ignace dans laquelle il invite à entendre l’appel du Christ à chacun afin de rassembler avec lui l’humanité dispersée. Seigneur Jésus, je viens vers toi, je ne veux pas être sourd(e) à ton appel mais rapide à te répondre avec un coeur large et généreux.

Le fardeau      

Quel est donc ce fardeau dont Jésus parle ? Possiblement le poids de la vie mais aussi la manière dont certains font peser des normes sur les épaules des autres. C’est le danger des institutions religieuses de tous les temps de soumettre leurs membres à des exigences impossibles à tenir, et de se raidir dans leurs positions sans tenir compte des circonstances. Saint Thomas que nous fêtons aujourd’hui ne s’est rien laissé imposer, il est resté libre dans sa relation avec le Christ. Seigneur, donne-moi d’agir selon ma conscience envers ce qui m’est demandé ou parfois imposé.

Le repos

Jésus nous fait une promesse : celle de trouver le repos auprès de lui car son joug est léger. Avec lui le fardeau devient un joug, car tout ce qu’il nous demande a pour source l’amour et la miséricorde. Le fardeau n’est plus à porter seul sur nos épaules mais avec lui qui le porte avec nous. D’où l’image du joug. Les boeufs ne sont-ils pas toujours deux pour tirer la charrue ? Seigneur, donne-moi d’accepter de te laisser porter avec moi tout ce qui est difficile dans ma vie. Je peux si facilement passer à côté de toi sans te voir.

Doux et humble de coeur

Aujourd’hui, dimanche, prenons le temps de méditer ces paroles de Jésus : « Je suis doux et humble de coeur. » Dans la prière, laissons-nous habiter par cette douceur et cette humilité que le Christ ressuscité nous communique pour que nous en vivions à notre tour. Oui, prenons sur nous son joug et nous trouverons le repos. Quoiqu’il arrive dans nos vies, dans nos familles, dans notre environnement, nous ne sommes pas seuls. Le Christ nous accompagne. Après avoir été privés d’eucharistie pendant des semaines, participons, si cela est possible, avec joie à l’eucharistie de nos paroisses pour rendre la grâce reçue chaque jour, en communion avec nos frères et soeurs dans la foi. Présentons au Seigneur ceux et celles qui portent de lourds fardeaux afin qu’ils reçoivent la paix.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Chapitre 11, versets 25 à 30

En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance. Tout m’a été remis par mon Père ; personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler. Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de coeur, et vous trouverez le repos pour votre âme. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. » AELF