Vers le Dimanche 17 février 2019

6ème dimanche du temps ordinaire

Lundi 11 FévrierMardi 12 FévrierMercredi 13 FévrierJeudi 14 FévrierVendredi 15 FévrierSamedi 16 FévrierDimanche 17 Février

Descendre

« Jésus descendit? » Dans le passage qui précède, Jésus a institué les douze apôtres. Il était sur la montagne avec eux, et, avec eux, il descend dans le monde. Moi aussi, aujourd’hui, je suis envoyé(e) par le Christ dans le monde, pour l’aimer et le servir. Quels sont les lieux, les missions, les personnes auxquels le Christ m’envoie ? Je prends le temps de les présenter au Père, de les voir avec son regard. Seigneur, fais-moi la grâce de voir mes lieux de vie comme lieux de mission et d’être attentif(ve) à la façon dont l’Esprit y est déjà à l’oeuvre.

Regarder et parler

« Regardant alors ses disciples, Jésus dit? » : avant de parler, Jésus regarde ses interlocuteurs. Il les prend au sérieux, il les aime. Et moi, comment est-ce que je m’adresse aux personnes qui m’entourent ? En famille, au travail, entre amis, dans les magasins? Est-ce que je prends le temps de considérer mon interlocuteur avant de parler ? Aujourd’hui, je peux être attentif(ve) à la façon dont je parle aux gens que je rencontre. Seigneur, donne-moi la grâce de regarder chacun avec tes yeux.

Pauvre, moi ?

« Heureux, les pauvres » : expression surprenante, voire choquante. Et si je la prenais pour moi ? Quels sont mes lieux de pauvreté, de manque, de vulnérabilité ? Dans la Bible, le pauvre est celui qui accepte de tout recevoir de Dieu. Et moi ? est-ce que je cherche à être riche, autosuffisant, à tout maîtriser ? Je prends le temps de me reconnaître pauvre devant le Seigneur, avec confiance, en étant attentif(ve) à ce que cela suscite en moi. Seigneur, fais-moi la grâce d’un coeur de pauvre, d’un coeur qui accepte de tout recevoir de toi.

De quoi ai-je faim ?

« Heureux, vous qui avez faim » Jésus  parle de la faim. Comme la pauvreté, la faim n’est pas ce que nous recherchons, bien au contraire. Pourtant, Dieu nous parle par nos désirs. Alors, ayons de grands désirs, afin que Dieu les comble ! Et moi, quelles sont mes faims ? Mes désirs ? Je prends le temps de les présenter au Seigneur. Seigneur, fais-moi la grâce d’une faim toujours plus grande de toi et de ton royaume.

Pleurer ?

« Heureux, vous qui pleurez maintenant » Quelles sont les situations dans lesquelles je « pleure » aujourd’hui ? Les situations de blocage, les lieux de souffrance, d’ombre, de fermeture ? En ce vendredi, avec le Christ, je les regarde et les présente au Père; je pose un acte de foi : avec le Christ, je le crois, il n’est pas de fatalité. Seigneur, donne-moi la grâce de l’espérance jusque dans mes lieux de larmes et de souffrance.

Prophète, moi ?

« Heureux êtes-vous, quand les hommes vous haïssent et vous repoussent [?], c’est ainsi que leurs pères traitaient les prophètes. » Voilà qui ne donne guère envie d’être prophète ! Pourtant? par mon baptême, je suis devenu(e) prêtre, prophète et roi. Être prophète signifie annoncer le royaume de Dieu et vivre sous le regard de Dieu. Et moi, quels sont les regards qui comptent pour moi ? Quelles sont les personnes auxquelles je cherche à plaire ? Dieu ? Mes proches ? Mes collègues ?Ma famille ?… Seigneur, fais-moi la grâce de ne désirer que de te plaire, de me placer sous ton regard et non sous celui du monde.

Heureux !

Je prends le temps de laisser résonner en moi ce mot de Jésus, « heureux ! », qui revient quatre fois dans cet évangile. C’est une invitation qui m’est faite, personnellement, aujourd’hui. Nous sommes faits pour le bonheur; Jésus en donne le chemin. Comment est-ce que je reçois cette promesse ? Est-ce que je crois vraiment que le Christ désire mon bonheur ? Que c’est pour cela que j’ai été créé ? Je fais mémoire d’un moment de bonheur profond qui m’a procuré une joie durable. Ce peut être une toute petite chose ou un événement important. Je prends le temps de nommer ce qui s’est passé et ce que cela a provoqué en moi; je le présente au Seigneur et je rends grâce. Seigneur, fais-moi la grâce de ta joie !

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Chapitre 6, versets 17 et 20 à 26

En ce temps-là, Jésus descendit de la montagne avec eux et s’arrêta sur un terrain plat. Il y avait là un grand nombre de ses disciples et une grande multitude de gens venus de toute la Judée, de Jérusalem, et du littoral de Tyr et de Sidon. Et Jésus, levant les yeux sur ses disciples, déclara : « Heureux, vous les pauvres, car le royaume de Dieu est à vous. Heureux, vous qui avez faim maintenant, car vous serez rassasiés. Heureux, vous qui pleurez maintenant, car vous rirez. Heureux êtes-vous quand les hommes vous haïssent et vous excluent, quand ils insultent et rejettent votre nom comme méprisable, à cause du Fils de l’homme. Ce jour-là, réjouissez-vous, tressaillez de joie, car alors votre récompense est grande dans le ciel ; c’est ainsi, en effet, que leurs pères traitaient les prophètes. Mais quel malheur pour vous, les riches, car vous avez votre consolation ! Quel malheur pour vous qui êtes repus maintenant, car vous aurez faim ! Quel malheur pour vous qui riez maintenant, car vous serez dans le deuil et vous pleurerez ! Quel malheur pour vous lorsque tous les hommes disent du bien de vous ! C’est ainsi, en effet, que leurs pères traitaient les faux prophètes. © AELF