Vers le Dimanche 7 juin 2020

Solennité de la Sainte Trinité

Lundi 1 JuinMardi 2 JuinMercredi 3 JuinJeudi 4 JuinVendredi 5 JuinSamedi 6 JuinDimanche 7 Juin

Des images de Dieu

Dans ce passage, Jésus use d’un ton didactique, explicatif. Pour parler de Dieu, il dit ce que Dieu est et ce que Dieu n’est pas. Il vient déconstruire les fausses images que nous nous faisons de Dieu et de sa volonté. Ici, il s’attaque à l’image d’un Dieu qui serait un juge sévère et sans pitié. Là où nous voyons un juge, Jésus montre un père aimant. Là où nous avons peur, Jésus invite à la confiance. Et moi, quelle image ai-je de Dieu ? Ai-je peur de lui ? Qu’est-ce que j’attends de lui ? Je demande au Seigneur la grâce de me libérer de mes fausses images de lui et de me révéler qui il est réellement.

Les verbes de Dieu

Dans ce passage, intéressons-nous aux verbes dont Dieu est le sujet : il est dit de Dieu qu’il « a aimé », qu’il « a donné » et qu’il « a envoyé ». Aimer, donner, envoyer. Trois verbes qui parlent de Dieu, de sa façon d’agir envers nous. Trois verbes qui développent ce qu’est aimer : l’amour, par essence, souhaite se donner, se communiquer, être envoyé à tout le monde. Dieu est amour. Il n’a de cesse d’aimer et de s’offrir au monde. Dans ma prière, je demande au Seigneur de m’apprendre à accueillir son amour, et à aimer comme il aime.

Dieu et moi

Ce que dit Jésus n’est pas abstrait. Cela me concerne, et concerne aussi ma vie d’aujourd’hui. Pour en faire l’expérience, je médite ce passage d’Évangile en le modifiant un peu pour qu’il parle de moi directement. Je laisse ainsi résonner en moi cette phrase : « Dieu m’a tant aimé qu’il a donné son Fils unique afin que je croie en lui, et que je ne me perde pas, mais que j’obtienne la vie éternelle ». Qu’est-ce que ces mots de l’Évangile provoquent en moi ? J’en parle au Seigneur, et je lui demande la grâce de ne jamais oublier qu’il m’aime d’un amour infini.

Dieu et eux

De même qu’hier j’ai entendu l’amour de Dieu pour moi, je reformule le début de ce passage d’Évangile en y incluant les personnes qui m’entourent et médite cette phrase : « Dieu a tant aimé telle(s) personne(s) qu’il a donné son Fils unique afin qu’elle(s) croie(nt) en Lui, et qu’elle(s) ne se perde(nt) pas, mais obtienne(nt) la vie éternelle ». Je peux faire l’exercice avec des personnes proches, que j’aime, puis avec des personnes plus éloignées, celles que je ne supporte pas, que j’ai du mal à aimer? et je demande à Dieu de m’apprendre à les regarder comme il les regarde.

Croire ?

Croire ou ne pas croire, telle est la question ! Le choix est posé : celui qui croit échappe au jugement et obtient la vie éternelle ; celui qui ne croit pas est déjà jugé. Et moi, comment est-ce que je me situe ? Est-ce que je crois en Jésus ? Qu’est-ce que cela signifie pour moi ? Je prends un temps dans ma prière pour dire ma foi, d’une façon personnelle, dire à Dieu, dans le coeur à coeur, ce que signifie pour moi ma foi en lui, mon amour pour lui et lui demander une foi en lui chaque jour plus grande !

Vivre !

« La gloire de Dieu, c’est l’homme vivant ! » Dieu veut pour moi la vie? et moi ? Tant de fois je choisis au contraire la mort. Je prends un temps de relecture de la semaine passée et repère quels ont été les moments, les lieux de mort, et au contraire les lieux de vie, les moments où je me suis senti(e) pleinement vivant(e). Dans un temps de prière, j’offre ma semaine au Seigneur, et lui demande Sa grâce pour que chaque jour et en toute chose je choisisse la vie.

Bonne fête de La Trinité !

Aujourd’hui, nous fêtons la Sainte-Trinité. Immense mystère que celui de La Trinité, Dieu Père, Fils et Esprit-Saint, communion d’amour entre les trois personnes. Un mystère, ce n’est pas quelque chose qu’on ne comprend pas ! C’est une réalité que l’on a jamais fini d’approfondir. Pour approcher ce mystère contemplons deux personnes qui s’aiment : cet homme et cette femme, cette mère et son enfant. Et, dans la prière, contempler une icône de La Trinité que vous aimez, vous rappelant que vous êtes invités à entrer dans cette communion d’amour. Oui, la Trinité est un grand mystère, et une voie sûre d’en comprendre une seule chose, c’est aimer. Demandons à Dieu de nous enseigner l’amour véritable.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Chapitre 3, versets 16 à 18

Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé. Celui qui croit en lui échappe au Jugement ; celui qui ne croit pas est déjà jugé, du fait qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. © AELF