Vers le Dimanche 31 octobre 2021

31ème dimanche du temps ordinaire

Lundi 25 OctobreMardi 26 OctobreMercredi 27 OctobreJeudi 28 OctobreVendredi 29 OctobreSamedi 30 OctobreDimanche 31 Octobre

Un interrogatoire

Les paroles et gestes de Jésus dérangent les chefs religieux de l’époque. Ils l’interrogent donc les uns après les autres. C’est ainsi qu’un scribe l’interpelle : « Quel est le premier des commandements ? » Sans doute veut-il mettre Jésus à l’épreuve puisque tous les bons juifs connaissent par coeur ce premier commandement. Comme le scribe, on pose souvent des questions dont on connaît déjà les réponses, peut-être pour se faire remarquer ou par orgueil. Jésus lui répond humblement et avec précision car il s’agit du Coeur de la foi juive. Seigneur, que ton Esprit m’aide à garder ta Parole dans mon coeur, même si je ne la comprends pas toujours.

Dieu est l’unique

Jésus reprend les mots du livre du Deutéronome appelés par les juifs le « Chema Israël » : « Écoute, Israël : l’Éternel est Un ». C’est une profession de foi : il y a un seul et unique Dieu et il est un être de relation à aimer dans l’intimité de mon coeur, avec mon âme et mon esprit, c’est-à-dire avec ma mémoire, mon intelligence à l’écoute de sa Parole, avec ma force avec tous les moyens dont je dispose, ma volonté, tout mon être. Sacré programme ! Seigneur, que ton Esprit m’aide à t’aimer plus que tout.

Aimer son prochain

Les familiers des Écritures à l’époque de Jésus faisaient également ce lien entre les deux commandements. Mais dans sa bouche, cela devient une évidence car qui mieux que lui incarne et réalise dans ses paroles et gestes ces deux commandements. Sacré défi : aimer Dieu m’engage bien sûr mais ma relation avec lui passe par le fait d’aimer le prochain et là c’est une toute autre histoire. C’est sans doute grâce au premier commandement que le deuxième semble réalisable. Seigneur, j’ai confiance en toi, que ton Esprit me pousse davantage à aimer mon prochain.

Saints Simon et Jude

Aujourd’hui nous fêtons saint Simon et saint Jude. Simon dit le « zélote » et Jude Thadée font partie des douze disciples appelés par Jésus. La tradition nous rapporte qu’ils ont baptisé des centaines de chrétiens avant de mourir en martyrs soit en Mésopotamie, soit en Arménie ! Nous ne sommes sans doute pas tous appelés à donner notre vie de cette manière mais que suis-je prêt à faire aujourd’hui pour faire rayonner l’amour de Dieu ? Ai-je assez confiance pour ne pas avoir peur de parler de ma foi ? Seigneur, que ton Esprit fortifie ma foi et mon espérance.  

Confirmation

Le scribe semble ne plus penser à piéger Jésus. Voilà qu’il confirme la parole de Jésus et qu’il l’enrichit : aimer Dieu pleinement vaut mieux que « tous les sacrifices et tous les holocaustes ».  Belles avancées dans le coeur du scribe ! C’est aussi une promesse pour chacun : grâce à Jésus, «le chemin, la vérité et la vie », l’amour prend le pas sur les sacrifices  et c’est cet amour unifié de Dieu et amour du prochain qui devient le seul culte qui compte désormais. Seigneur, que ton Esprit me donne de te connaître davantage pour mieux te suivre et pour mieux t’aimerdans mes frères.  

S’aimer soi même

Mais comment aimer son prochain si on ne s’aime pas soi-même ? Il ne s’agit pas là d’un amour narcissique. On le découvre peu à peu, l’amour ajusté pour soi provient de l’amour de Dieu pour chacun. Comme créature, je suis un être aimable et me mépriser est comme une «offense» à Dieu qui a plaisir à me voir vivant. Sans doute que tout en moi n’est pas aimable mais loin de me juger, Dieu me veut debout. Seigneur, que ton Esprit m’aide à m’aimer comme tu m’aimes et à me rendre plus proche de ceux que tu mets sur ma route. 

Le Royaume est vraiment proche

Arrêtons-nous sur la dernière phrase de Jésus au scribe  venu l’interroger : « Tu n’es pas loin du Royaume de Dieu. » Les deux commandements reliés par Jésus nous tracent royalement la voie vers son Royaume et cela commence ici et maintenant. Le danger est grand de vouloir aimer Dieu sans aimer le prochain, nous menant à une piété désincarnée. Et la tentation d’aimer le prochain sans relation avec Dieu nous enfermerait dans un activisme épuisant. Tentons dans nos familles et dans nos communautés de tenir les deux ensemble : le Royaume est de ce côté. N’attendons donc pas passivement que Dieu nous fasse entrer dans son Royaume de manière magique. Agissons au quotidien pour que son règne vienne sur la terre vivant déjà de la grâce du ciel !

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Chapitre 12, versets 28b à 34

En ce temps-là, un scribe qui avait entendu la discussion, et remarqué que Jésus avait bien répondu, s’avança pour lui demander : « Quel est le premier de tous les commandements ? » Jésus lui fit cette réponse : « Voici le premier : Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force. Et voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là. » Le scribe reprit : « Fort bien, Maître, tu as dit vrai : Dieu est l’Unique et il n’y en a pas d’autre que lui. L’aimer de tout son coeur, de toute son intelligence, de toute sa force, et aimer son prochain comme soi-même, vaut mieux que toute offrande d’holocaustes et de sacrifices. » Jésus, voyant qu’il avait fait une remarque judicieuse, lui dit : « Tu n’es pas loin du royaume de Dieu. » Et personne n’osait plus l’interroger. AELF