Vers le Dimanche 27 octobre 2019

30ème dimanche du temps ordinaire

Lundi 21 OctobreMardi 22 OctobreMercredi 23 OctobreJeudi 24 OctobreVendredi 25 OctobreSamedi 26 OctobreDimanche 27 Octobre

Convaincu d’être juste ?

Jésus s’adresse aux personnes convaincues d’être justes aux yeux de Dieu. Comment les déloger de cette fausse image qu’elles se font d’elles-mêmes ? La même situation pourrait se produire avec une personne ayant une image exagérément négative d’elle-même, devant les autres ou devant Dieu, une personne qui s’estime, à tort, « bonne à rien du tout ». Il n’est jamais facile d’aider quelqu’un à se libérer des images positives ou négatives qu’il a de lui-même ! Et moi, quelles images ai-je de moi-même ? En suis-je prisonnier ?

S’élever ou s’abaisser ?

L’enseignement de Jésus se termine par une phrase qui fait choc : « Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. » Bien évidemment, il ne s’agit pas de tomber dans la fausse humilité : il y a des manières de s’abaisser qui, en réalité, cachent de façon très subtile un fort désir de s’élever pour se faire remarquer des autres et de Dieu. Certes, la Parole de Jésus cherche à nous faire grandir. Mais comment ? En élevant en nous le désir de liberté et de vérité, et en abaissant notre volonté de domination et propension à mentir. Seigneur, fais-moi grandir ainsi.

Se disposer à prier

Deux hommes vont au Temple pour prier. Le fruit de leur prière dépendra beaucoup de la disposition dans laquelle ils vont y entrer. Le pharisien se tient debout, sûr de son bon droit. Il ne se décentre pas de lui-même. Comment peut-il, dans ces conditions accueillir ce que Dieu a à lui dire ? Le publicain, lui, se tient à distance et se présente tel qu’il est devant Dieu, prêt à changer de vie avec la grâce de son Seigneur. En entrant dans la prière, je laisse de côté toute tentation de suffisance pour me mettre pleinement à l’écoute de Dieu.

Rendre grâce

« L’homme est créé pour louer, révérer et servir Dieu » dit Ignace au début des exercices spirituels. L’action de grâce est une attitude fondamentale de la vie et de la prière. Tandis que le pharisien rend grâce pour lui-même, il n’est pas déclaré juste… Le publicain, lui, a compris que seul Dieu est digne de louange. Quand je rends grâce à Dieu parce qu’il est Dieu, quand je le loue pour le don qu’il me fait chaque jour de sa vie, je suis vraiment dans ma vocation d’homme et d’enfant de Dieu. Dans ma journée, je me rends attentif à ce qui est source de louange.

Faire ou aimer ?

Le pharisien s’estime juste parce qu’il agit selon la Loi. Il jeûne, il verse son aumône. Jésus ne le déclare pas « juste » car il fait sans doute tout ce qui est prescrit par Moise, il en est du moins convaincu, mais il méprise les autres. Il agit sans se soucier de vivre selon l’esprit de la Loi de Dieu. Il n’aime pas vraiment. J’aurais beau multiplier toutes sortes de bonnes actions, si je n’y mets pas le coeur et la charité, je n’aimerai pas vraiment. Je demande la grâce de mettre en pratique la Loi d’amour du Seigneur.

Pécheur !

Le publicain se présente à Dieu avec une conscience claire de ce qu’il est : « Pécheur que je suis ! ». Peut-être que, collecteur d’impôts, il a volé… L’histoire ne le dit pas. Face à Dieu, il ne sent pas juste et se montre tel qu’il est. Il connaît la distance qui le sépare de Dieu et implore sa justice. Je prends le temps de relire les événements et les rencontres de ma semaine. Qu’est-ce qui a été source de vie ou, au contraire, de ténèbres ? Je me présente à Dieu dans la prière, tel que je suis, en lui demandant de me rendre juste.

La véritable humilité conduit à Dieu

L’Église propose à notre méditation une parabole qui invite à être vrai devant Dieu et devant les autres. Jésus ne nous dit-il pas : « Celui qui fait la vérité vient à la lumière » ? (Jean 3,21) La lumière à laquelle nous aspirons tous, c’est la communion avec Dieu, communion que le Fils vient rétablir. Seul celui qui se présente devant Dieu tel qu’il est, en vérité, humblement, peut ajuster sa vie et, par la grâce du Seigneur, être rendu juste, restauré dans sa relation avec le Seigneur parce qu’il reconnaît son péché. La véritable humilité dispose à accueillir pleinement le don que Dieu veut nous faire : sa vie en abondance. « Fais-toi capacité et je me ferai torrent » disait Jésus à Sainte Catherine de Sienne.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Chapitre 18, versets 9 à 14

En ce temps-là, à l’adresse de certains qui étaient convaincus d’être justes et qui méprisaient les autres, Jésus dit la parabole que voici : « Deux hommes montèrent au Temple pour prier. L’un était pharisien, et l’autre, publicain (c’est-à-dire un collecteur d’impôts). Le pharisien se tenait debout et priait en lui-même : « Mon Dieu, je te rends grâce parce que je ne suis pas comme les autres hommes ? ils sont voleurs, injustes, adultères ?, ou encore comme ce publicain. Je jeûne deux fois par semaine et je verse le dixième de tout ce que je gagne. » Le publicain, lui, se tenait à distance et n’osait même pas lever les yeux vers le ciel ; mais il se frappait la poitrine, en disant : « Mon Dieu, montre-toi favorable au pécheur que je suis ! » Je vous le déclare : quand ce dernier redescendit dans sa maison, c’est lui qui était devenu un homme juste, plutôt que l’autre. Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. » © AELF