Vers le Dimanche 20 octobre 2019

Édito de la semaine

Toujours prier sans se décourager. Marc 18, 1 à 8

Jésus présente deux caricatures : une femme hyper têtue qui ne lâche rien et un juge sans éthique qui veut se débarrasser de son client. Quel tableau ! Laissons le juge ! Regardons la femme, une pauvre femme, une veuve. Elle n’est plus rien dans une société où l’on existe que par rapport aux hommes de la famille. Aucune raison d’être écoutée, mais, elle, elle a besoin d’aide, elle prie, elle supplie, elle y croit. Serait-ce donc pareil pour nous ? Nous faut-il être têtus dans la prière ou plutôt persévérants, confiants, fermes dans la foi, avec le courage de s’en remettre à Dieu sans faiblir, sans mollir, et le laisser agir ? Il s’agit de confiance et de confiance totale. Dieu n’est pas un juge, il nous aime. Ce n’est pas pareil, quand même.


À la maison

Cette semaine nous pourrions réunir quelques amis, ou prendre un temps en famille, et relire l’histoire de la veuve et du juge puis la jouer en prenant chacun un rôle : la veuve, le juge. Mais aussi leur entourage. Laissons agir notre imagination : ils ne vivent pas seuls. La veuve a des enfants, des frères, des soeurs, une famille. Le juge a sa famille, ses collègues de travail, ses amis et relations. Une fois son personnage choisi, rejouons la scène de cette veuve insistante et de ce juge sans scrupule. Ensuite échanger. Que s’est-il passé pour moi, pour nous, dans ce jeu ? Qu’est-ce que cela met en lumière ? Enfin, relisons ensemble ce passage d’Évangile et voyons comment adresser nos demandes à Dieu.


Prier au coeur du monde avec le pape François

Pour que le souffle de l’Esprit Saint suscite un nouveau printemps missionnaire dans l’Église.


Une manière de prier avec quatre directions (1/4)

C’est le temps des citrouilles, des potirons et des autres cucurbitacées ! L’orange des citrouilles est vif. Évidées et décorées, elles sont censées faire peur pour la fête d’Halloween. Cuisinées, elles font le régal des palais : soupes et gratins réchauffent des corps qui, parfois, en ont bien besoin. Seigneur, chasse la peur et réchauffe les coeurs. Que tout s’apaise.