Vers le Dimanche 19 janvier 2020

2ème dimanche du temps ordinaire

Lundi 13 JanvierMardi 14 JanvierMercredi 15 JanvierJeudi 16 JanvierVendredi 17 JanvierSamedi 18 JanvierDimanche 19 Janvier

Ordinaire des jours

Les fêtes de Noël, de l’Épiphanie et du Baptême du Seigneur nous ont plongés dans les temps des commencements; aujourd’hui, nous retrouvons le temps dit « ordinaire ». Pas si ordinaire que cela. Avec Jean le Baptiste qui accompagne notre semaine, je suis invité à accueillir, comme lui, Jésus qui vient vers moi. Comment est-ce que je détecte sa présence habituelle dans mes journées ? Comment me parle-t-il ? Ou, au contraire, comment est-ce que je traverse les moments où Dieu semble absent ? Je choisis de lui offrir un peu de temps ordinaire aujourd’hui. Viens !

Soif de salut

Il y a Jean le Baptiste, il y a aussi la foule qui l’écoute et entre dans une démarche de conversion. Le prophète est porteur d’une sacrée bonne nouvelle : quelqu’un qui vient de Dieu est arrivé. Comme dans le prologue qui précède notre passage, l’initiative vient de Dieu. Elle est une réponse à notre attente. J’imagine le visage du Baptiste et aussi celui de ses auditeurs assoiffés d’une libération pour eux-mêmes et pour leur pays occupé. Je confie au Seigneur mon désir d’être sauvé ; je lui confie aussi celles et ceux, proches ou lointains, qui ont besoin de salut.

Identité de Jean

Ce Jean, quelle grande figure ! Par deux fois, il dit « je ne le connaissais pas ». Par deux fois, il prononce le mot « témoignage ». C’est bien là sa mission : il a été choisi pour présenter au peuple quelqu’un qui vient, au nom de Dieu, pardonner les péchés, et ce quelqu’un lui échappe totalement. Le prophète sait rester à sa place puisqu’il dit : « l’homme qui vient derrière moi est passé devant moi », ce qui signifie qu’il accepte d’être le disciple de celui qui est « plus grand que lui » comme dit un autre évangile. Avec Jean, j’apprends à devenir disciple.

Identité de Jésus

Pour faire reconnaître celui qu’il annonce, Jean le Baptiste utilise des expressions et des images fortes tirées des textes prophétiques et aussi de son expérience spirituelle : « l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde », « celui qui avant moi était », « celui sur qui est descendu l’Esprit Saint » comme une colombe, « celui qui va baptiser dans l’Esprit Saint », « le Fils de Dieu ». Durant ce jour, je me répète toutes ces formules. J’en choisis une pour parler à Jésus personnellement.

Sacrifices

« Agneau de Dieu » : ce titre utilisé par Jean fait référence à la liturgie au Temple où l’on sacrifiait des animaux pour le pardon des péchés du peuple. Ces sacrifices symbolisent à la fois le besoin d’être sauvé et la croyance que tout salut a un « coût ». Mais cette formulation reprise à chacune de nos eucharisties juste avant la communion prend une autre signification avec le Christ. Plus besoin de sacrifices sanglants d’animaux ou de penser en termes de « coût ». Jésus sauve gratuitement par un amour qui va jusqu’au bout. Je savoure aujourd’hui cette gratuité qui m’est destinée.

Trinité

On devine à travers les mots du prophète, une expérience intime de Dieu, un Dieu déjà trinitaire. Le prophète parle de celui qui lui a indiqué comment reconnaître celui qui allait venir : le Père. Il parle plusieurs fois de l’Esprit Saint descendu sur l’envoyé de Dieu et par lequel le baptême va être désormais donné. Il y a bien sûr Jésus qui est celui qui vient et qu’il manifeste au peuple. Je demande la grâce de vivre durant ce jour de l’expérience trinitaire de Jean.

Devenir témoins missionnaires

Le témoignage et l’expérience trinitaire de Jean le Baptiste nous invitent, personnellement et comme communauté chrétienne, à entrer dans la dynamique de la mission. Messe après messe, nous apprenons à accueillir celui qui vient nous sauver; nous aussi, nous sommes envoyés pour annoncer le salut à tous. Demandons au Père de nous ouvrir aux signes de sa présence bienfaisante dans le monde. Demandons au Christ, « l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde », sa patience et son courage pour aimer les autres jusqu’au bout. Demandons à l’Esprit Saint l’énergie et son inspiration pour trouver les mots et les gestes qui conviennent pour soutenir et consoler celles et ceux qui en ont besoin. Vive « l’ordinaire » de nos vies !

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Chapitre 1, versets 29 à 34

En ce temps-là, voyant Jésus venir vers lui, Jean le Baptiste déclara : « Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde ; c’est de lui que j’ai dit : L’homme qui vient derrière moi est passé devant moi, car avant moi il était. Et moi, je ne le connaissais pas ; mais, si je suis venu baptiser dans l’eau, c’est pour qu’il soit manifesté à Israël. » Alors Jean rendit ce témoignage : « J’ai vu l’Esprit descendre du ciel comme une colombe et il demeura sur lui. Et moi, je ne le connaissais pas, mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau m’a dit : ‘Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, celui-là baptise dans l’Esprit Saint.’ Moi, j’ai vu, et je rends témoignage : c’est lui le Fils de Dieu.» © AELF