Vers le Dimanche 20 octobre 2019

29ème dimanche du temps ordinaire

Lundi 14 OctobreMardi 15 OctobreMercredi 16 OctobreJeudi 17 OctobreVendredi 18 OctobreSamedi 19 OctobreDimanche 20 Octobre

Un juge

Ce juge inique, à quoi ressemble-t-il ? Quelles sont ses comportements ? « Il ne craignait pas Dieu et ne respectait pas les hommes ». Autrement dit, il n’est occupé que de son confort, et c’est précisément pour le préserver qu’il finira par faire justice. Y-a-t-il des situations où j’agis comme ce juge, étant soucieux (se) de moi seul (e) et faisant passer mes besoins et mes désirs au-dessus des autres et de la justice ? Je demande au Seigneur la grâce de repérer ces lieux à convertir.

Une veuve

Dans la Bible, la veuve est une femme vulnérable, pauvre, qui n’a pas les moyens de se défendre. Le combat est inégal entre un juge puissant et une veuve démunie. Elle semble n’avoir aucune chance. Pourtant, elle persiste. Je me représente cette femme, son visage, son attitude. D’autres visages me viennent-ils en mémoire, de pauvres, d’exclus, de personnes luttant pour la justice ? Je demande à Dieu la grâce d’agir comme cette veuve. Elle est l’une de ces « assoiffés de justice » des Béatitudes. Bonne nouvelle : ils seront rassasiés. Puissé-je y croire moi aussi.

La prière change tout

Le juge et la veuve ont une relation strictement « juridique ». La veuve rappelle le juge à ses devoirs. Son insistance est telle qu’il finit par craquer. Prier, demander justice, crier fait céder même les plus récalcitrants ! Alors, si un juge inique cède, combien plus Dieu, avec qui nous n’entretenons pas une relation « juridique », mais une alliance d’amour ! Jésus nous rappelle que Dieu veille sur nous, qu’il entend nos prières et qu’il ne tarde pas à répondre. Est-ce que je crois cela ? Prier change les personnes : à la fois celle qui prie et celle à qui la prière s’adresse.

L’entêtement

La scène a un potentiel comique : un juge agacé et une veuve qui revient encore et encore, comme ces dessins animés dans lesquels un personnage en harcèle un autre en apparaissant partout où il va, même dans les lieux les plus incongrus. La veuve obtient justice « à l’usure ». Dieu cherche des complices de son propre entêtement, écrit la théologienne Marion Muller-Collard. Il attend de nous la rage, la ruse, la permanence dans ce combat pour qu’il règne pleinement. Je demande la grâce de cette « rage » pour la justice.

Ma voix de disciple 

L’Église fête aujourd’hui l’évangéliste saint Luc. Il est de la deuxième génération de croyants, ceux qui n’ont pas connu Jésus directement. Nous aussi, nous faisons partie de cette génération de croyants qui ont été témoins de la foi de milliers de personnes au fil des siècles et qui, à leur tour, annoncent l’Évangile. Et moi, quelle est ma façon de témoigner du Christ, de transmettre sa Parole ? Pourquoi ne pas me raconter la scène du juge et de la veuve ? En paroles, par un dessin (saint Luc est le saint patron des peintres), par un chant… A moi de trouver ma voix de disciple !

La foi sur la terre

« Le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » La foi ? Marion Muller-Collard dit que ce n’est pas seulement la confiance et l’espérance. La foi est aussi un désir inassouvissable de justice. Un désir que Dieu a placé en nous et en lequel Il place sa propre espérance. Dieu me fait confiance et a besoin de moi pour faire régner sa justice dans le monde. En suis-je conscient(e) ? Je peux demander que Dieu m’éclaire sur les situations où il m’appelle à être artisan de justice et les moyens que j’ai d’agir.

Le piège du découragement

On raconte qu’un jour le diable prit part à une brocante. Son stand présentait ses outils préférés : la colère, l’envie, l’avarice? L’un d’entre eux était un petit levier extrêmement usé. Un passant interrogea le diable, qui expliqua : « ça, c’est mon outil favori. Il est tout petit, il n’a l’air de rien mais son efficacité est redoutable. Je l’utilise très souvent, il marche presque toujours et avec tous les hommes : c’est le découragement ». Le découragement nous guette tous, dans la prière, quand un projet n’aboutit pas, quand une relation semble bloquée… Ce dimanche, Jésus nous encourage à tenir bon avec l’exemple de la pauvre veuve et du juge inique. Soyons persévérants, laissons le diable avec son petit outil, et prions !

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Chapitre 18, versets 1 à 8

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples une parabole sur la nécessité pour eux de toujours prier sans se décourager : « Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait pas Dieu et ne respectait pas les hommes. Dans cette même ville, il y avait une veuve qui venait lui demander : « Rends-moi justice contre mon adversaire. » Longtemps il refusa ; puis il se dit : « Même si je ne crains pas Dieu et ne respecte personne, comme cette veuve commence à m’ennuyer, je vais lui rendre justice pour qu’elle ne vienne plus sans cesse m’assommer. » » Le Seigneur ajouta : « Écoutez bien ce que dit ce juge dépourvu de justice ! Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? Les fait-il attendre ? Je vous le déclare : bien vite, il leur fera justice. Cependant, le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » © AELF