Vers le Dimanche 26 mai 2019

6ème dimanche de Pâques

Lundi 20 MaiMardi 21 MaiMercredi 22 MaiJeudi 23 MaiVendredi 24 MaiSamedi 25 MaiDimanche 26 Mai

Discours d’adieu

Il va partir… Les premiers mots du texte, « en ce temps-là », cachent mal le moment crucial : Jean met ces paroles dans la bouche de Jésus entre le lavement des pieds et son départ pour le mont des Olivier. Demain matin, il fera face à Pilate, demain soir, il sera mort. Mais il est encore bien vivant et il veut parler à ses disciples avant de vivre sa passion, passion qui les mettra eux-aussi à l’épreuve. Seigneur, fais-moi découvrir le poids de tes paroles.

Apprendre à aimer

Aimer, être aimé, amitié, amour… mots du coeur auxquels nous tenons. Mots pour dire ce qui nous dépasse en nous-même, ce plus beau que nous-mêmes au coeur de nous-mêmes. Voilà que Jésus débusque deux moments troublants pour cet amour : aimer, c’est observer les paroles de l’autre, obéir même… puis aimer, c’est parfois laisser partir l’autre… Seigneur, apprends-moi comment l’amour traverse la difficulté.

Chez moi

« Chez lui, nous nous ferons une demeure »… Jésus n’a plus aucun sens de la mesure. Il est en train de dire, que chez moi, chez moi personnellement, il se fera une demeure. Et pas seulement lui, le Père encore. Comment y aurait-il assez de place chez moi pour le Père et le Fils ? Comment pourrais-je en être digne ? Si j’y pense, cela est impossible. Mais de cet impossible, Dieu se moque. Il sait que je suis pécheur et étriqué, mais il n’en a que faire. Il suffit que je l’accepte, que j’ouvre ma porte et il viendra chez moi. Seigneur, donne-moi le toupet d’accepter ce que tu as l’audace de proposer.

Qui est le père ?

Père… les prêtres prédateurs, les pères absents, la pression sociale, la violence en famille? elles sont nombreuses les bonnes raisons de ne plus nous fier à la figure du père et il faut prendre cela très au sérieux? Pourtant, c’est le nom que Dieu s’est choisi, c’est lui qui est le plus grand… Un père, c’est une source de vie qui, dès l’origine, est mise à distance. Ce sont le Fils et l’Esprit qui nous permettent de cerner ce Père insaisissable. Jésus, montre-moi le chemin vers celui qui est plus grand.

La paix à sa manière

Paix… C’est avec ce mot que le ressuscité salue ses disciples. Ils ont besoin de la paix : leurs coeurs sont bouleversés par la mort de Jésus. Ils auront bien besoin de cette paix : il leur revient d’inventer une manière de vivre leur foi balbutiante en Jésus, sans Jésus, c’est-à-dire pleine de doutes, toujours. Dans ce texte, Jésus est encore présent mais déjà il commence à semer la paix. Seigneur, apprends-moi à accueillir cette paix à ta manière, qu’est-ce que cela change dans ma vie ?

Les rôles de l’Esprit

Le Père enverra l’Esprit… l’Esprit pour nous soutenir? il sera un défenseur, un avocat, pour tous ces moments troubles où nous n’arrivons plus à prendre la parole, mais il sait trouver les mots, pour nous, face aux hommes et face au Père. L’Esprit sera un enseignant pour tous ces moments où nous ne comprenons plus rien; il nous aidera à comprendre ce qui se passe pour ne pas perdre l’important : aimer jusqu’au bout. L’Esprit sera notre mémoire : l’amour ne tient que grâce à la mémoire. Lorsqu’il ou elle m’énerve, lorsque je n’ai plus le goût de vivre, si je me souviens qui il ou elle est, si je me souviens de la beauté, de la bonté, alors peut-être pourrais-je continuer à vivre fidèlement. Seigneur, souffle cet Esprit sur moi, j’ai besoin de sa défense, de son enseignement, de sa mémoire !

Des raisons de croire

Vous croirez ! Nous pourrions commencer à négocier avec cette conclusion de Jésus : nous ne sommes pas les apôtres, nous n’avons rien vécu de tout cela, nous n’avons pas entendu Jésus parler avant que ces choses n’arrivent. De plus, les évangiles ont été rédigés après la résurrection. Si nous nous contentons de voir là une annonce de la prescience de Jésus, ce sont de bien faibles raisons de croire. Mais, ce que Jean nous présente, c’est le souvenir qu’il a : Jésus se préoccupe de ce qui se passera quand il ne sera plus là. Jésus s’inquiète pour ses disciples et pour nous, car il sait bien que ce sera le temps de la foi et donc du doute. Écoutons la Parole de Dieu, laissons le Seigneur prendre soin de nous, alors… nous croirons.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Chapitre 14, versets 23 à 29

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure. Celui qui ne m’aime pas ne garde pas mes paroles. Or, la parole que vous entendez n’est pas de moi : elle est du Père, qui m’a envoyé. Je vous parle ainsi, tant que je demeure avec vous ; mais le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit. Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ; ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne. Que votre coeur ne soit pas bouleversé ni effrayé. Vous avez entendu ce que je vous ai dit : Je m’en vais, et je reviens vers vous. Si vous m’aimiez, vous seriez dans la joie puisque je pars vers le Père, car le Père est plus grand que moi. Je vous ai dit ces choses maintenant, avant qu’elles n’arrivent ; ainsi, lorsqu’elles arriveront, vous croirez. » © AELF