Vers le Dimanche 9 mai 2021

6ème dimanche de Pâques

Lundi 3 MaiMardi 4 MaiMercredi 5 MaiJeudi 6 MaiVendredi 7 MaiSamedi 8 MaiDimanche 9 Mai

Histoire d’amour

Trois fois dans l’Évangile de ce dimanche, Jésus raconte une histoire d’amour : il rappelle d’abord comment lui-même a aimé ses disciples, comme le Père l’a aimé ; puis il leur commande de faire de même, de s’aimer comme lui les a aimés. Enfin, il leur commande de s’aimer les uns les autres ; le « comme » a disparu, peut-être pour signifier qu’il s’agit d’aimer sans limite, sans retenue. Saints Philippe et Jacques, que nous fêtons aujourd’hui, ont entendu ces paroles. Comme eux, je laisse résonner en moi cette invitation à aimer comme le Père aime Jésus et comme Jésus nous a lui-même aimés.

Commandement

Pourquoi Jésus parle-t-il de commandement pour nous inviter à l’amour ? Deux pistes peuvent nous aider à le comprendre. D’une part, on peut entendre le terme commandement, la notion de loi, comme la bonne manière de vivre, la manière de bien vivre : le code de la route n’est-il pas la manière de bien vivre la route ? D’autre part, par le « et » biblique, signe d’une équivalence, Jésus nous dit que garder les commandements, c’est la même chose que demeurer dans l’amour de l’autre : il garde les commandements de son Père, c’est-à-dire il demeure dans son amour. Je peux aujourd’hui méditer tout cela en mon coeur.

Qu’est-ce qu’aimer ?

Aimer comme le Père et comme le Fils, c’est donner sa vie pour ceux qu’on aime. Le Père donne Sa Vie pour Celui qu’il aime ; de même le Fils n’a cessé de donner sa vie pour celles et ceux dont il croisait le chemin, pour qu’ils aient LA vie. La bonne manière de vivre, la manière de bien vivre, nous dit Jésus, c’est de donner sa vie, de l’offrir, d’en faire cadeau à ceux qu’on aime, pour ceux qu’on aime. Comment recevais-je la vie de Celui qui m’aime, de ceux qui m’aiment, et comment à mon tour fais-je cadeau de ma vie pour ceux que j’aime ?

Serviteur et/ou ami

« Je vous appelle mes amis. » Nous voici mis dans la position non de serviteur du Fils mais d’ami, d’aimé du Fils. Et pourquoi ? Parce que Jésus nous a fait connaître tout ce qu’il a entendu du Père, par ce qu’il est, dit et fait. Certains se sentent davantage à l’aise dans la position du serviteur, d’autres goûtent le fait d’être « ami(e)s » du Christ. Aujourd’hui, n’hésitons pas à parler au Christ comme un ami parle à son ami ou un serviteur à son maître, selon ce qui convient le mieux.

Soyez fécond?

En une ligne, nous est révélé ce pour quoi Jésus nous a choisis, le pourquoi de notre existence, notre vocation. Vocation qui rappelle la parole que YHWH adresse à celui qu’il crée le sixième jour, homme et femme : « soyez fécond » (Gn 1,28). Dieu nous crée pour et nous appelle à la fécondité. Il nous choisit, nous donne la vie, pour porter du fruit « et que votre fruit demeure ». Et il nous donne un moyen : « vous aimer les uns les autres ». Je peux méditer sur la manière dont je porte du fruit, ou pourrais porter davantage de fruit.

? et dans la joie

Au coeur de l’Évangile, en son (presque) centre, comme un horizon et une espérance nous sont proposés : la joie, la joie parfaite, durable. Notre foi n’est pas affaire de règle ou de pratique ; elle est affaire de joie, chemin vers une joie parfaite, la joie du Père, la joie du Fils d’être avec nous et pour nous. Une joie qui est le fruit de notre fécondité, de l’amour que nous nous portons les uns les autres ; une joie à la mesure sans mesure de l’amour de Dieu pour chacun de nous. À la veille du sixième dimanche de Pâques, demandons la grâce de la joie.

Le Christ, unique médiateur

En ce sixième dimanche de Pâques, arrêtons-nous sur ce « comme » qui scande l’Évangile. Jésus révèle que la relation qu’il a entretenue avec ses disciples est exactement la même que celle que le Père entretient avec lui, et il les invite à faire de même entre eux. Le projet de Dieu, le désir de Dieu pour nous, c’est que nous vivions entre nous la relation d’amour qui unit le Père et le Fils, et que nous soyons ainsi pleinement associés au Père et au Fils dans l’Esprit. Dieu nous propose de devenir ses fils et filles, à l’image du Fils unique. Rien de moins ! Et c’est pour nous apprendre à vivre ainsi que le Verbe s’est fait chair et qu’il est venu parmi nous, pour nous « faire connaître tout ce qu’il a entendu de son Père. » Tout. Alléluia !

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Chapitre 15, versets 9 à 17

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour. Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j’ai gardé les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour. Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite. Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître. Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis, afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure. Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera. Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres. » AELF