Vers le Dimanche 17 novembre 2019

33ème dimanche du temps ordinaire

Lundi 11 NovembreMardi 12 NovembreMercredi 13 NovembreJeudi 14 NovembreVendredi 15 NovembreSamedi 16 NovembreDimanche 17 Novembre

Vieilles pierres

Les disciples admirent les raffinements du Temple : il en impose par sa taille et sa longévité. La remarque abrupte de Jésus, « tout sera détruit », coupe court à leur ravissement. Elle suscite leur inquiétude. Comme les disciples, nous pouvons mettre notre espérance dans les édifices. Pourtant, il ne reste plus grand-chose de l’abbaye de Cluny, haut lieu du christianisme au Moyen-Age, et Notre-Dame-de-Paris a failli disparaître il y a sept mois. Seigneur, donne-moi de comprendre que ce ne sont pas de pierres que se nourrit ma foi, mais de ta Parole.

Mercenaires

« Ne marchez pas derrière eux ». Jésus met en garde vis-à-vis des mauvais bergers. Précieux conseil à l’heure où ceux prétendant éclairer leurs frères « surfent » sur leur crédulité pour briller : dans la vie politique, dans le brouhaha médiatique, dans l’Église… Seigneur, fais-moi distinguer les véritables artisans de paix des nombreux mercenaires qui rôdent.

Chaos et confiance

Jésus annonce une période de divisions : entre nations, mais aussi entre ciel et terre. Ce registre apocalyptique décrit bien l’état de la planète, où mon péché et celui du monde accentuent les inégalités, la rancoeur, l’accaparement des richesses naturelles par des petits groupes. Sans minimiser l’ampleur du désordre, Jésus invite à ne pas « être terrifié », car ce n’est pas « aussitôt la fin ». Seigneur, je crois en la naissance d’un monde nouveau, alors que celui que je connais se déchire.

« A cause de mon nom »

Jésus signale à deux reprises que ceux qui le confessent vont traverser des temps difficiles. J’imagine ce à quoi m’expose le fait de confesser le Christ selon les pays : en France, des haussements de sourcil, des sourires en coin ? Des questions de personnes curieuses de découvrir la foi chrétienne ? Et en Chine ? En Syrie ? Au Nigeria ? 

Surprise et assurance

La persécution peut venir de ma propre famille ! Marcher derrière Jésus provoque des remous, à commencer par mes relations immédiates. Frères et soeurs, amis, conjoint peuvent se laisser surprendre par ce que la foi me pousse à faire ou ne pas faire, à dire ou taire. Dans quelles circonstances ai-je éprouvé cela ? Heureusement, mon attitude sera habitée par un langage et une sagesse que je n’ai pas à préparer d’avance puisqu’ils me seront donnés par Jésus, le moment venu. Jésus, rassure-moi !

Persévérer

Continuer de croire dans l’épreuve. Persévérer : un verbe intimidant car il suggère l’effort, la perspective d’endurer des coups à venir. Mon baptême ne m’a pas ouvert à une vie de facilité, « tranquille ». Toutefois, il me donne de vivre, déjà, de la vie éternelle. Qu’est-ce qui, dans ma vie, atteste que j’ai « gardé la vie » en persévérant ? A quelle décision n’ai-je jamais renoncé ?

En communauté, pour « garder notre vie »

« Acclamez le Seigneur, car il vient pour gouverner la terre, le monde avec justice », dit la troisième strophe du psaume de la messe. Oui, le Seigneur n’en finit pas de venir à nous, même dans cette époque de tumultes, de chaos, où le non-sens semble l’emporter jour après jour, où les puissants ricanent… Les mots du prophète Malachie (première lecture) nous donnent à voir que notre espérance n’est pas vaine, qu’un « Soleil de justice » se lèvera. Liens de solidarité, entrée dans la démarche « Église verte », etc. : qu’est-ce qui, dans notre paroisse, atteste d’une persévérance à même de faire germer un monde nouveau, et qui montre que nous sommes en train de « garder notre vie », pour reprendre les derniers mots de l’Évangile ?

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Chapitre 21, versets 5 à 19

En ce temps-là, comme certains disciples de Jésus parlaient du Temple, des belles pierres et des ex-voto qui le décoraient, Jésus leur déclara : « Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n’en restera pas pierre sur pierre : tout sera détruit. » Ils lui demandèrent : « Maître, quand cela arrivera-t-il ? Et quel sera le signe que cela est sur le point d’arriver ? » Jésus répondit : « Prenez garde de ne pas vous laisser égarer, car beaucoup viendront sous mon nom, et diront : « C’est moi », ou encore : « Le moment est tout proche. » Ne marchez pas derrière eux ! Quand vous entendrez parler de guerres et de désordres, ne soyez pas terrifiés : il faut que cela arrive d’abord, mais ce ne sera pas aussitôt la fin. » Alors Jésus ajouta : « On se dressera nation contre nation, royaume contre royaume. Il y aura de grands tremblements de terre et, en divers lieux, des famines et des épidémies ; des phénomènes effrayants surviendront, et de grands signes venus du ciel. Mais avant tout cela, on portera la main sur vous et l’on vous persécutera ; on vous livrera aux synagogues et aux prisons, on vous fera comparaître devant des rois et des gouverneurs, à cause de mon nom. Cela vous amènera à rendre témoignage. Mettez-vous donc dans l’esprit que vous n’avez pas à vous préoccuper de votre défense. C’est moi qui vous donnerai un langage et une sagesse à laquelle tous vos adversaires ne pourront ni résister ni s’opposer. Vous serez livrés même par vos parents, vos frères, votre famille et vos amis, et ils feront mettre à mort certains d’entre vous. Vous serez détestés de tous, à cause de mon nom. Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu. C’est par votre persévérance que vous garderez votre vie. » © AELF